6 types de mauvais managers

 6 TYPES DE  MAUVAIS MANAGERS

Si la plupart des managers méritent leur place, nous avons tous été confronté à des individus qui ont marqué notre carrière. Voici une liste (non exhaustive) des différents profils auxquels on a pu être confronté. Je vous propose pour chacun une stratégie visant à vous préserver et parfois même tirer profit de la situation. Je m’excuse auprès de ces dames de n’avoir utiliser que le masculin dans cet article, le but étant de donner plus de lisibilité.

1.LA GIROUETTE

Votre chef a validé votre idée et se ravise dès que l’un de vos collègues lui fait part d’une autre vision des choses.

Ce type de comportement particulièrement néfaste dans une équipe peut, à terme, engendrer des tensions entre collègues. Par ailleurs, la crédibilité et la confiance accordée au manager fond comme neige au soleil.

Comment gérer cela ?

La mauvaise solution est certainement de se taire. Dans ce type de situation le mieux est de mettre votre responsable face à sa contradiction.

Sans énervement, expliquez lui  en présence du collègue concerné que votre proposition a déjà été retenue. Le but est d’obtenir une validation de votre projet en présence d’un tiers. La présence de ce “témoin” est capitale car bien souvent les managers de ce type n’hésitent pas à mentir par la suite pour justifier leur changement d’avis.

2. LE FAUX-AMIS

Certainement le type de chef le plus dangereux. De prime abord jovial et protecteur, il aime montrer qu’il prend soin de son équipe, qu’il l’écoute. Raffolant des ragots et adepte du tutoiement (cf mon article http://benoistjob.com/54/ sur ce sujet) il collectera des éléments qu’il utilisera contre vous sans état d’âme le moment voulu.

Comment gérer cela ?

Gardez vos distances vis à vis de cette personne. Un comportement trop amical de la part d’un supérieur doit vous mettre la puce à l’oreille. Restez positif est souriant mais ne rentrez pas dans son jeu.

3. LE TYRAN

Il aime tout contrôler, montrer qu’il est au commande et prend un plaisir quasi sadique à rabaisser ses subalternes.

Colérique et souvent de mauvaise foi, le tyran a besoin d’être constamment sur votre dos.

Comment gérer cela ?

Le tyran à l’avantage d’être prévisible, donc facilement manœuvrable . Une bonne technique consiste à diriger son attention sur d’autres problèmes que votre propre personne. Abondez dans son sens car tous conflit le renforcera. Privez le simplement de carburant et il retombera comme un soufflet.

4. L’ARRIVISTE

Il aime récolter les lauriers et n’hésitera pas à s’accaparer vos idées pour en tirer tout le mérite. Son objectif est de plaire à sa hiérarchie et n’accorde que peu d’importance à son équipe. Ne se rapprochant de vous que par intérêt l’arriviste n’hésitera à écraser tout obstacle à ses projets de promotion.

Comment gérer cela ?

Conservez discrètement toute preuve de votre contribution au succès de votre équipe (agenda, cahiers, emails, projet…),non pas pour entrer en conflit avec lui mais pour se constituer un dossier de preuve. Ce dossier pourra être ressorti dès lors où la hiérarchie mettra en question vos  mauvais résultats. Ne perdez jamais de vue que pour sortir du lot, l’arriviste n’hésitera pas à mettre votre incompétence en avant.

5.L’ABSENT

Toujours en réunion, en déplacement, en stage, en RTT ou en congés, ce type de manager brille par son absence. Son bureau toujours vide est dénué de toute touche personnelle. Lorsque très ponctuellement il fait une apparition, n’espérez pas obtenir un peu d’attention de sa part. Overbooké, il passera son temps au téléphone.

Comment gérer cela ?

Considérez le simplement comme un travailleur à distance et adoptez les codes propres à ce type de relation. Fonctionnez par messages laissés sur son portable pro, multipliez les mails, soyez force de proposition. Si il est absent sachez que les responsabilités du quotidien doivent être assumés par quelqu’un d’autre. Pourquoi pas vous? Cela pourrait être une bonne manière de gravir les échelons.

6. LE POTE

Le gars gentil, celui qui ne veut froisser personne et qui au final se fait manger par ses sous-fifres. N’assurant plus son rôle de manager, il cherche à éviter tout conflit. Inspirant plus la pitié que le respect, plus personne ne le consulte ni ne lui apporte de crédit.

Comment gérer cela ?

Rien ne sert à s’apitoyer sur son sort, il est seul responsable de sa situation. Si vos collègues et vous-même doutez de sa capacité à diriger, soyez sur qu’il doit en être de même de la part de ses supérieurs. C’est une bonne occasion pour vous de montrer vos compétences. Faite preuve d’initiative et de professionnalisme, une place de chef va bientôt se libérer…

Ces 6 types peuvent bien entendu se combiner.

Bien heureusement il existe une grande majorité de professionnels compétents. Le propre de l’homme (français râleur ?) est de retenir le négatif est de ne pas assez mettre en avant la réussite.

Pour conclure et toujours avec une petite dose d’ironie je vous propose la lecture de cet ouvrage Mon boss est nul mais je le soigne: Comment transformer le pire des patrons en manager bienveillant qui a remporté un beau succès.

Share Button